recherche
sous-menu
Vous êtes ici : Accueil  ❭  Guide  ❭  Chine  ❭  Personnalité  ❭  Sportifs chinois
LIENS COMMERCIAUX

Michael Chang

wikipédia

Michael Chang

Michael Chang 张德培 né le 22 février 1972 à Hoboken dans le New Jersey de parents taïwanais est un ancien joueur de tennis américain. Droitier avec un revers à deux mains, un physique atypique et un formidable jeu de jambes. Il a gagné lors de sa carrière 34 titres dont 1 du Grand Chelem en 1989. Son meilleur classement ATP a été 2e le 9 septembre 1998.

PORTRAIT

Taille : 175 cm
poid : 72 Kg
main : droitier
religion : chrétien

BIOGRAPHIE

En 1987, il devient le plus jeune joueur à gagner un match lors de l'US Open.

En 1989, il fait un extraordinaire parcours lors des Roland-Garros. Lors des huitièmes de finale, il élimine et humilie le grand Ivan Lendl, favori du tournoi, lors d'un match épique qui reste dans toutes les mémoires, où Michael lutte contre ses crampes avec l'énergie du désespoir et gagne le match après avoir fait totalement craquer psychologiquement Lendl avec notamment son fameux service suprise à la cuillère. Il remporte la finale un beau jour ensoleillé contre Stefan Edberg (6-1, 3-6, 4-6, 6-4, 6-2) qui ne put rien contre l'acharnement de ce gamin qui devient alors le plus jeune vainqueur du tournoi parisien, à l'âge de 17 ans et trois mois. La veille de la finale Yannick Noah disait : « Chang est un morpion, quand vous l’avez au cul pendant un match, pas simple de vous en débarrasser. »

L'année suivante, il fait partie de l'équipe victorieuse de la Coupe Davis.

L'après-1989 est difficile pour le jeune Chang. Gagner Roland-Garros si jeune n'est pas si facile à gérer. Il a contre lui son inexperience, la pression du public et des médias, et son physique totalement atypique. En effet à cette époque, la moyenne taille poids du top 10 de l’ATP est de 1,85 m pour 76 kilos. Michael, avec son petit gabari trapu semble ne pas être à sa place. Pour pouvoir contrer cet apparent désavantage physique, le clan Chang débute un entrainement intensif pour transformer le jeu de jambe de Michael et lui permettre d'obtenir un jeu « davantage fondé sur le contrôle que sur la puissance ». Il devient un des modéles du genre.

Dès 1992, après 2 ans de travail acharné, il redevient crédible sur le court et dit alors : « Je suis un peu plus fort, un peu plus expérimenté, un peu plus âgé et plus intelligent. Je suis enfin sorti de l’adolescence. »

Sur les courts, il est devenu plus agressif : « J’ai énormément fait progresser mon service et ma volée, ce qui me permet d’être plus agressif. Maintenant le jeu est devenu très rapide. On ne peut plus espérer battre des joueurs en attendant que l’adversaire fasse la faute de lui-même. Il faut la provoquer. En quelque sorte, maîtriser davantage son propre destin. »

En 1995, il accède à nouveau à la finale de Roland Garros mais perd contre Thomas Muster (7-5, 6-2, 6-4).

En 1996, il joue deux autres finales de Grand Chelem : il perd en Australie contre Boris Becker (6-2, 6-4, 2-6, 6-2) et à l'US Open contre Pete Sampras (6-1, 6-4, 7-6).

En 1997, il atteint les demi-finales des tournois du Grand Chelem d'Australie et de l'US Open.

Il arrête sa carrière en 2003 après avoir perdu au 1er tour de Roland-Garros et de l'US Open.

Titres majeurs
Roland Garros en 1989
Masters de Tennis du Canada en 1990
Masters d'Indian Wells en 1992, 1996 et 1997
Masters de Miami (Key Biscayne) en 1992
Masters de Cincinnati en 1993 et 1994

Titres en simple (34 titres)
2000 : Los Angeles
1998 : Boston, Shanghai
1997 : Memphis, Indian Wells, Hong-Kong, Orlando, Washington
1996 : Indian Wells, Washington, Los Angeles
1995 : Hong-Kong, Atlanta, Tokyo-Indoor, Pékin
1994 : Djakarta, Philadelphie, Hong-Kong, Atlanta, Cincinnati, Pékin
1993 : Djakarta, Osaka, Cincinnati, Kuala Lumpur, Pékin
1992 : San Francisco, Indian Wells, Key Biscayne
1991 : Birmingham
1990 : Open du Canada
1989 : Roland Garros, Londres-Indoor
1988 : San Francisco

Site officiel :  www.mchang.com

Accueil  ❭  Guide  ❭  Chine  ❭  Personnalité  ❭  Sportifs chinois
PARTAGER SUR FACEBOOK !
...