recherche
sous-menu
Vous êtes ici : Accueil  ❭  Actualité  ❭  Sport
LIENS COMMERCIAUX

10 berceaux du Kung-fu en Chine

© Chine Informations, le 03/03/2015 05:15

Le Kung-fu chinois 功夫, connu aussi sous le nom de Wushu 武术, est un art martial qui combine différents styles et techniques de combats. Développé au cours des siècles, il sert principalement à l'entraînement physique, la légitime défense, la compétition et l'amélioration de l'autodiscipline.

En Chine, une dizaine de villes sont considérées comme les berceaux du kung-fu.

1. Le comté de Wen, Henan 河南温县

(miniature) Tai-chi-chuan Tai-chi-chuan

Connu comme le berceau du Tai-chi-chuan, le comté de Wen est situé dans la ville de Jiaozuo, dans la province du Henan. C'est le village Chenjiagou qui a surtout fait sa renommée, où l'artiste martial Chen Wangting (1580-1660) a développé le Tai chi. Il y a intégré les forces des styles d'arts martiaux établies par le général Ming Qi Jiguang (1528-1588) et les différents éléments de la philosophie chinoise dans sa pratique traditionnelle et familiale au milieu du 17ème siècle. Le style de Tai chi de Chen est à l'origine des quatre autres styles que sont le Yang, le Wu, le Sun et le Woo. Les descendants de Chen ont, au cours les années établies, plus de 50 écoles et centres de Tai chi pour aider à répandre cette forme d'arts martiaux chinois. Le Tai chi est aujourd'hui pratiqué par environ 150 millions de personnes dans plus de 150 pays et régions du monde. Le minuscule village de Chenjiagou, qui abrite de nombreux maîtres de Tai chi, est considéré comme la Mecque pour les adeptes et les pratiquants de cette discipline.

2. Dengfeng, Henan 河南登封

(miniature) kubg-fu shaolin kubg-fu shaolin

Surnommée "la terre avec le plus grand nombre de garçons robustes", la ville de Dengfeng est située à Zhengzhou, capitale du Henan Province. Dengfeng compte plus de 60 écoles et institutions du Kung-fu. Les visiteurs de la ville peuvent ressentir l'enthousiasme de la population locale pour cet art martial. Les personnes âgées peuvent être aperçues dans le parc en train de pratiquer le shadow-boxing, tandis que les jeunes y pratiquent leur Kung-fu. Dengfeng est le foyer du prestigieux Temple Shaolin ; Le temple de 1.500 ans est célèbre dans le monde entier pour être le berceau du Kung-fu Shaolin original. C'est ainsi que Dengfeng est considérée comme étant le plus influent berceau du Kung-fu en Chine. La ville attire des personnes de tous âges qui sont passionnées par le Kung-fu chinois.

3. Cangzhou, Hebei 河北沧州

Sise dans le sud la province de Hebei, la ville de Cangzhou est historiquement renommée tant pour ses pratiquants de Kung-fu et que par ses acrobates. Le fait de vivre dans un lieu d'importance stratégique, fréquemment impliqué dans les guerres dans les temps anciens, a incité la population locale à apprendre le Kung-fu pour son auto-défense et sa survie. En conséquence, la tradition de pratiquer le Kung-fu a prévalu à Cangzhou. Le Kung-fu de Cangzhou remonte à la période Printemps et Automnes (770 av. J.C. - 476 av. J.C.). Il a augmenté en popularité au cours de la Dynastie Ming (1368 - 1644), et a étendu sa renommée localement et à l'étranger à la fin de la dynastie Qing (1645 -1911). Il comprend 53 écoles de boxe, ce qui représente 40% du nombre total en Chine qui est de 129. Cangzhou a accueillie un grand nombre de maîtres de Kung-fu, comme Ding Faxiang, Huo Diange et Zhang Zhijiang.

4. Yongnian, Hebei 河北永年

Situé dans la ville de Handan, province de Hebei, le comté de Yongnian est la ville natale du Tai-chi-chuan. Environ 70% de la population y pratiquerait cette forme d'art martial chinois. Le comté est surtout connu à travers l'ancienne ville de Guangfu, célèbre dans le monde entier comme un lieu de pèlerinage pour les passionnés de Tai chi. Entourée par une rivière artificielle, la ville est réputée comme le berceau des écoles Yang et Wu Tai chi. Le Yang Tai chi, créé par Yang Luchan pendant le règne de l'empereur Daoguang (1820 - 1850) de la dynastie Qing, a été transmis sur cinq générations depuis plus de 180 ans. C'est le plus influent et le plus populaire style de Tai chi dans le monde. Les autres maîtres de Tai chi de Yongnian comprennent Wu Yuxiang, Li Yishe, Yang Banhou et Hao Weizhen.

5. Quanzhou, Fujian 福建泉州

Le Kung-fu Shaolin se divise en deux grandes traditions : Le Shaolin du Nord et celui du Sud. Quanzhou, une ville située dans le sud-est de la province du Fujian, est le berceau de Kung-fu Shaolin du Sud, dont les origines remontent au temps des dynasties Jin et Tang (265 - 907). Cet art martial se compose principalement du Wuzu Quan (« Cinq ancêtres de la boxe »), et combine cinq styles différents : les techniques de main de la Grue Blanche, la posture et la puissance dynamique de Luohan, l'agilité et le jeu de jambes du singe, les techniques de la lumière de l'Empereur Tai Tzu et les méthodes de respiration et le corps de fer de Da Mo. Le karaté japonais, ainsi que le Wing Chun, proviennent du style de la boxe de la grue blanche créé par Fang Qiniang, un artiste martial de sexe féminin qui vécu dans le comté de Yongchun de Quanzhou au cours de la dynastie des Qing (1645 - 1911). Certains personnages historiques célèbres de Quanzhou, y compris Zheng Chenggong, un héros national au cours de la fin des Ming et au début Qing, étaient aussi des pratiquants d'arts martiaux d'exception.

6. Foshan, Guangdong 广东佛山

(miniature) kung-fu à Foshan kung-fu à Foshan

Quand on parle du style de Kung-fu du Sud, la ville de Foshan située dans la province du Guangdong vient au premier plan. Elle est considérée comme un important pôle économique du delta de la rivière des Perles. Foshan a ainsi attiré différentes écoles de Kung-fu qui ont prospéré plus tard et sont devenues célèbres à travers le monde. Ces exemples incluent le système Hung-gar et le Wing Chun. Le premier a été créé par Hung Hei-Gun, une figure majeure du Kung-fu Shaolin du Sud. Quant au second, il a été créé par Yim Wing-chun. Le centre des Arts martiaux Hongsheng de Foshan, fondé en 1851 par le maître Zhangyan, était le premier grand centre de Kung-fu de Chine. Celui-ci est célèbre pour le développement du Choy Lee Fut, un système d'auto-défense efficace établi par Chan Heung en 1836, dans une forme célèbre et très populaire. Foshan est la ville natale de plusieurs noms du Kung-fu comme Wong Fei-hung, un héro populaire et le fameux Hung Gar, pratiquant des temps modernes, Leung Jan, un pratiquant qualifié du Wing Chun et Bruce Lee, fondateur du système Jeet kune do.

7. Emeishan, Sichuan 四川峨眉山

Le Kung-fu Emei, le Kung-fu Shaolin et le Kung-fu Wudang, sont réputés comme les trois plus grandes bases des arts martiaux en Chine. Le Kung-fu Emei tient son nom du mont Emei, l'une des quatre montagnes bouddhistes sacrées de Chine, dans la ville de Emei de la province du Sichuan. Celui-ci a été créé par Situ Xuankong, au cours de la fin des Royaumes combattants (476-221 av. J.-C.). Il a absorbé l'essence de différents styles d'arts martiaux et en a développé un tout. Le Kung-fu Emei bénéficie au total de 1.638 méthodes de formation, de styles de boxe et d'armes.

8. Danjiangkou, Hubei 湖北丹江口

Située dans la ville de Shiyan de la province du Hubei, la ville de Danjiangkou est connue comme le berceau de l'art martial Wudang. Le mont Wudang à Danjiangkou est la plus célèbre et la plus vénérée place taoïste en Chine. Selon un vieux proverbe chinois, "Dans le Nord, Shaolin règne, et dans le Sud, le Wudang". Le Kung-fu Wudang, un précieux trésor de la culture de l'art martial chinois, a été fondé par un semi-légendaire taoïste chinois, Zhang Sanfeng qui a vécu pendant la dynastie des Yuan (1279  -1368) et au début du règne de la dynastie Ming (1368 - 1644). Zhang est réputé être à l'origine des concepts de la boxe Wudang neijia. C'est un art martial interne qui intègre le Shaolin Wushu traditionnel avec la quintessence des classiques chinois qui sont le Yi Jing et le Dao De Jing. La boxe Wudang neijia est la combinaison du kung-fu et des méthodes de préservation de la santé. Des millions d'adeptes de cette discipline la pratiquent à travers le monde.

9. Huaiyang, Henan 河南淮阳

Cette ville compte à son actif plus d'une vingtaine de styles d'arts martiaux, qui sont pratiqués par plus de 300.000 personnes au sein de la localité même. Le comté de Huaiyang, situé dans la ville de Zhoukou, province du Henan, est le berceau des arts martiaux chinois. La légende veut qu'il y a quelque 6.000 ans, Fuxi, le premier des trois souverains de la Chine ancienne, ait installé sa capitale à Wanqiu, connue actuellement sous le nom de Huaiyang. Fuxi a conçu le principe des Huit Diagrammes de Yin et Yang (Ba gua), qui devint plus tard le fondement théorique des arts martiaux chinois. Il a non seulement inventé des armes, mais a aussi développé des mouvements de combat dans des routines systématiques.

10. Bozhou, Anhui 安徽亳州

Située dans le nord-ouest la province d'Anhui, la ville de Bozhou est une ville ancienne avec une histoire de plus de 3.000 ans. Bozhou est connue comme la ville natale de formes d'art martiaux de renom. Le Wu quan a été créé il y a plus de 1.800 ans par Hua Tuo, un médecin chinois de renom durant la dynastie Han de l'Est. Les comportements et attitudes de cinq animaux qui sont le tigre, le cerf, l'ours, le singe et la grue, ont servi de base à ce médecin pour mettre au point les mouvements et les postures de cet art martial bouddhiste. Cette discipline est ainsi devenue un des plus populaires exercices de Qi gong destinés au renforcement de la santé, que ce soit en Chine ou à l'étranger. A Bozhou, il y a plus de 100.000 pratiquants de Wu quan. Le Liuhe bafa (ou boxe des « six unions et des huit méthodes ») a également été créé à Bozhou il y a plus de 1.000 ans par le légendaire sage taoïste Chen Chuan.

ANNONCE
Rejoignez-nous sur (+ 120 000 fans).
03/03/2015
...