recherche
sous-menu
Vous êtes ici : Accueil  ❭  Actualité  ❭  Environnement et météo
LIENS COMMERCIAUX

Pollution : des nanoparticules de magnétite trouvées dans le cerveau humain

© Chine Informations, le 10/09/2016 03:50

(miniature) pollution à Shanghai pollution à Shanghai

Selon une récente étude publiée dans la revue Scientifique américaine Proceedings of the National Academy of Sciences, la pollution industrielle serait la cause de la présence de certaines nanoparticules de magnétite présentes dans le cerveau.

La recherche a été menée en Angleterre et à Mexico, sur les tissus cervicaux d'une quarantaine d'individus âgés de trois à quatre-vingt-douze ans, chez lesquels un très haut niveau de magnétite dans le cerveau avait été relevé. La magnétite est une espèce minérale composée d'oxyde de fer qui est souvent indirectement liée à des maladies neurodégénératives comme celle d'Alzheimer.

Alors que des cristaux de magnétite biologiquement produits ont également été trouvés dans les cerveaux des patients, de petites particules de fer, parfaitement sphériques, étaient plus nombreuses que la magnétite naturelle avec un ratio d'environ 100 pour 1. En étudiant ces dernières au microscope électronique, la scientifique Barbara Maher et ses collègues ont découvert qu'elles avaient exactement la même forme que celles trouvées en suspension dans le smog. C'est la première fois qu'un lien entre la pollution de l'air est fait avec le cerveau humain.

(miniature) particules fines de magnétite particules fines de magnétite
Particules de magnétite : naturelle à droite et issues de la pollution à gauche.

En étudiant la région du cortex frontal des patients, l'équipe a déduit que les particules pouvaient pénétrer dans le cerveau via le bulbe olfactif situé au sommet du nez qui ne possède pas de barrière hématoencéphalique.

« Ce sont de minuscules particules d'environ la taille d'un virus […] Si vous les respirez par le nez, elles vont contourner la barrière hématoencéphalique et pénétrer dans le cerveau assez facilement », explique David Allsop, biologiste à l'Université de Lancaster au magazine Gizmodo. La taille minuscule des particules réduit également les chances qu'elles soient piégées par les poils et le mucus qui tapissent le nez.

Les masques antipollution sont pareillement inefficaces puisque certaines particules de magnétite peuvent atteindre la taille infime de 150 nanomètres de diamètre.

Il reste aujourd'hui à déterminer les conséquences de la présence de ces nanoparticules dans le cerveau. Certaines études antérieures suggèrent que la présence de magnétite pourrait être liée à l'apparition de la maladie d'Alzheimer ; celles-ci favoriseraient en effet le développement de radicaux libres, causant des dommages à l'intérieur du cerveau. Cependant, selon Barbara Maher, aucune preuve n'est pour l'instant fermement établie.

« Si ces particules ont un impact, en tant que société, nous devons faire quelque chose à ce sujet. C'est pour cela que nous devons maintenant enquêter », a annoncé la chercheuse.

La Rédaction

Rejoignez-nous sur (+ 120 000 fans).
10/09/2016
...