recherche
sous-menu
Bonjour, nous aurions pu choisir de bloquer l'affichage de cette page
car vous utilisez un bloqueur de pub, cependant nous ne le faisons pas. Les publicités sont notre seul moyen de faire vivre ce site (serveur, développement et programmation, rédaction, design,...) ; sans elles, ce site n'existerait pas...
S'il vous est utile, merci de mettre l'URL chine.in en liste blanche et de partager cette page à vos amis.
Vous êtes ici : Accueil  ❭  Actualité  ❭  Sciences et technologies  ❭  Internet
LIENS COMMERCIAUX

4 sites censurés en Chine que les médias chinois officiels exploitent pourtant

© Chine Informations, le 21/06/2016 14:17

(miniature) 4 sites censurés en Chine que les médias chinois officiels exploitent pourtant 4 sites censurés en Chine que les médias chinois officiels exploitent pourtant

C'est connu, les sites communautaires – essentiellement – « étrangers » sont censurés en Chine. Pourtant cet état des choses n'empêche en rien les grands médias chinois d'État de les utiliser pour faire leur communication. Comment font-ils ? De confession de certains de leurs employés, s'ils ne travaillent pas à l'étranger, ces derniers, dans leurs bureaux en Chine, ont accès à un Internet non censuré grâce à l'utilisation d'un VPN centralisé.

À VOIR : notre comparateur de VPN pour une utilisation en Chine

Comble de l'hypocrisie régnante dans le pays, ces médias, en dehors de leur version chinoise bien entendu, font largement l'annonce de leur présence sur les réseaux sociaux, au sein même de leurs sites Web.

Plus étonnant encore, leurs pages sur les sites et réseaux sociaux hors de Chine, affichent des millions de fans comme le compte CCTV sur Facebook qui compte à ce jour plus de 27 millions de « j'aime. » Mais ne vous y trompez pas, une grande partie de ces « fans » n'en sont pas vraiment mais ont été achetés ; une pratique courante sur les réseaux sociaux en Chine. Cela a pu être vérifié par notre équipe alors que nous avons suivi pendant des mois l'évolution des fans de différentes pages. Un signe qui ne trompe pas est l'augmentation par paliers de 10 000, 20 000 ou 50 000 en un à deux jours, d'abonnés venant souvent des mêmes régions dont beaucoup d'Afrique du sud ou des régions de l'est. Un autre signe évident est que certains achètent des fans « fantômes » qui ne participent pas. Ainsi la page de Xinhua sur Facebook, par exemple, affiche près de 7 millions de fans et pourtant chacune de ses diffusions peine à dépasser les 20 mentions « j'aime. »

Voici donc une liste de sites censurés en Chine que les médias chinois utilisent malgré tout :

1. FACEBOOK

Facebook est le réseau social le plus utilisé au monde et forcément l'un des sites officiellement bloqué en Chine. Pourtant, on y trouve tous les principaux médias officiels chinois que sont CCTV (qui diffuse d'ailleurs en direct), l'agence de presse Xinhua (ou « Chine Nouvelle »), le journal du Quotidien du Peuple, Radio Chine Internationale (CRI) ou encore China.org.cn. C'est sur ce site que les médias d'État diffusent le plus et surtout achètent le plus de faux fans. Pourtant, malgré cette dernière évidence qui saute aux yeux, Facebook ne dit mot là ou d'autres se verraient sanctionner ; on ne doute pas que ce laisser-faire est en corrélation avec le fait que Mark Zuckerberg souhaite pénétrer le marché chinois et fait des pieds et des mains pour séduire le gouvernement. Les médias chinois sont d'ailleurs parmi les premiers à avoir reçu l'attribution « page vérifiée. »

2. TWITTER

Alors que c'est CCTV qui jouit du plus grand nombre de fans sur Facebook, sur Twitter c'est Xinhua qui domine avec près de 4,5 millions d'abonnés. Et tout comme pour Facebook, on y retrouve tous les grands médias chinois, tous également très actifs.

3. YOUTUBE

C'est plus récent mais Youtube devient la nouvelle plateforme coqueluche des médias officiels chinois. On y retrouve donc bien évidemment la télévision d'État CCTV mais également Xinhua qui est très productif et diffuse quotidiennement une vingtaine de vidéos. Et là où CCTV fait plus dans le divertissement, Xinhua s'intéresse plus à la politique.

4. GOOGLE (ADWORDS)

Ça a été notre trouvaille du jour ; en surfant sur Google, nous avons découvert que Xinhua achetait de la publicité sur Google (via Adwords) alors même que le moteur est complètement inaccessible en Chine. L'annonce en question faisait la promotion de la venue du président Xi Jinping « dans trois pays d'Eurasie » et de sa participation au sommet de l'OCS (Organisation de coopération de Shanghai). Il est à parier que ce ne sera pas la dernière fois que les médias chinois vont utiliser cet instrument pour mettre en avant leurs publications.

(miniature) 4 sites censurés en Chine que les médias chinois officiels exploitent pourtant 4 sites censurés en Chine que les médias chinois officiels exploitent pourtant

La Rédaction

Rejoignez-nous sur (+ 120 000 fans), ou encore .
...