recherche
sous-menu
Bonjour, nous aurions pu choisir de bloquer l'affichage de cette page
car vous utilisez un bloqueur de pub, cependant nous ne le faisons pas. Les publicités sont notre seul moyen de faire vivre ce site (serveur, développement et programmation, rédaction, design,...) ; sans elles, ce site n'existerait pas...
S'il vous est utile, merci de mettre l'URL chine.in en liste blanche et de partager cette page à vos amis.
Vous êtes ici : Accueil  ❭  Actualité  ❭  Politique
LIENS COMMERCIAUX

5 dirigeants Chinois qui ont marqué l'Histoire de la Chine

© Chine Informations - La Rédaction, le 24/11/2015 08:16

La Chine, avec sa longue Histoire, a vu se succéder de nombreux dirigeants. Voici la liste de cinq d'entre eux qui ont le plus marqué le pays et contribué à façonner la nation la plus peuplée de la planète.

1. Qin Shi Huang (221-210 av. J.-C.)

(miniature) Empereur Qin Empereur Qin

La Chine a été unifiée en 221 av. J.-C. après que le peuple Qin, venu de l'ouest, ait emporté de nombreuses batailles militaires sur un certain nombre d'États rivaux. Leur dirigeant, Qin Shi Huang (premier empereur de la dynastie Qin), a établi un gouvernement fort et centralisé, en partie en dépossédant les seigneurs féodaux de leurs terres. Il a également normalisé les poids et mesures, la monnaie et le système d'écriture, et a ordonné la construction de plusieurs palais, de milliers de kilomètres de routes reliant les provinces à la capitale et d'une première version de la Grande Muraille de Chine.

Prônant le légalisme, Qin Shi Huang ne tolère pas la dissidence. En 213 av. J.-C., il fait brûler presque tous les livres non légalistes, qu'ils soient taoïstes, confucéens ou d'autres croyances, et fait également enterrer vivants environ 460 intellectuels non légalistes, l'année suivante.

L'ironie veut que Qin Shi Huang soit décédé (en 210 av. J.-C.) probablement à la suite de l'ingestion de trop de mercure qu'il consommait dans l'objectif d'atteindre l'immortalité. Il fut enterré à proximité de la ville de Xi'an, aux côtés de milliers de soldats – grandeur nature – en terre cuite qui sont restés inconnus jusqu'en 1974. La dynastie des Qin d'autre part, est tombée en ruines seulement quatre ans après la mort de son fondateur et fut remplacée par la dynastie des Han pro-confucéens.

2. Gengis Khan (1279-1294)

(miniature) Gengis Khan Gengis Khan

Chef mongol, Gengis Khan a commencé à lancer des invasions dans la Chine contemporaine presque immédiatement après avoir uni les tribus nomades du plateau mongol en 1206. Son petit-fils Kublai Khan acheva la conquête en 1279, ce qui porta l'ensemble de la Chine sous domination étrangère pour la première fois. Kublai, qui fonda la dynastie des Yuan, jugeait les Chinois juridiquement inférieurs et recrutait des étrangers pour administrer le royaume.

Mais Kublai a également essayé de gagner le soutien de la population, réparant des dommages de guerre, allégeant le code pénal draconien de son prédécesseur, promouvant les arts et développant l'expansion d'un système postal efficace. En outre, il a construit une capitale impériale de style chinois dans un lieu désormais connu sous le nom de Pékin. Bien que souffrant de dépression et de la goutte, pour ne pas mentionner son obésité morbide, Kublai resté au pouvoir jusqu'à sa mort en 1294. L'empire mongol a commencé peu de temps après à s'effriter et la dynastie Yuan fut renversée en 1368.

3. Sun Yat-sen (1912)

(miniature) Sun Yat-sen Sun Yat-sen

La Chine a perdu une série de guerres au 19e siècle qui l'a contrainte de faire des concessions territoriales à la Grande-Bretagne, la Russie et au Japon. Ces humiliations, avec les mauvaises réformes qu'elles entraînèrent dans leur sillage, poussèrent un médecin du nom de Sun Yat-sen à préparer une révolution armée. Sun espérait remplacer le règne de la dynastie Qing par un gouvernement fondé sur les principes du nationalisme, de la démocratie et du bien-être social. Lorsque son premier soulèvement échoue en 1895, il fuit à l'étranger pour lever des fonds et gagner des partisans. Plusieurs autres soulèvements ont suivi, dont le dernier a conduit à la création de la République de Chine, le 1er janvier 1912, avec Sun comme président provisoire.

Les révolutionnaires demeuraient militairement faibles et Sun accepta de démissionner le mois suivant en contrepartie de l'abdication de l'empereur (Puyi, le dernier empereur de Chine). Dans le cadre de l'accord, qui mit fin à plus de 2000 ans de domination impériale, l'ancien commandant Qing Yuan Shikai devint alors président. Ce dernier finit par trahir la cause républicaine en s'appropriant un pouvoir illimité, conduisant à l'avènement d'une époque dominée par les seigneurs de guerre. Bien que Sun n'abandonnât jamais son combat, regroupant ses partisans sous la bannière du Parti nationaliste et s'alliant plus tard avec l'Union soviétique, il mourut en 1925 sans voir sa vision se réaliser.

4. Mao Zedong (1949-1976)

(miniature) Mao Zedong Mao Zedong

Fondateur du Parti communiste chinois, Mao Zedong a rompu avec la pensée marxiste-léniniste en mettant en place une « Armée rouge » de paysans plutôt que de compter sur la force des travailleurs industriels. Il mena une guérilla qui provoqua l'éclatement d'une guerre civile entre les communistes et les nationalistes en 1927. Gagnant en célébrité, il obtint le leadership sur le parti en dirigeant une retraite ordonnée de près de 10 000 km (la Longue Marche). Dans les années 1930, les deux partis coopèrent brièvement pour résister à des forces d'invasion japonaises, mais sont encore en lutte après la Seconde Guerre mondiale. En 1949, les nationalistes se retirent à Taïwan et Mao proclame la République populaire de Chine.

Dans la lancée, Mao « purge » des centaines de milliers de contre-révolutionnaires, redistribue les terres aux paysans, revendique le Tibet et met en place des troupes pour combattre les États-Unis en Corée. Il instaure par la suite le Grand Bond en avant dans une tentative d'augmenter la production agricole et industrielle ; l'échec fut colossal puisqu'il aboutit à une famine responsable de la mort de près de 45 millions de personnes entre 1958 et 1962. Jusqu'à deux millions d'autres moururent lors de la Révolution culturelle (1966-1976), lors de laquelle, des paramilitaires appelés « Gardes Rouges » parcouraient le pays, chassant en outre intellectuels et artistes perçus comme ennemis de l'État. Mao est resté au pouvoir jusqu'à sa mort en septembre 1976.

5. Deng Xiaoping (1978-1989)

(miniature) Deng Xiaoping Deng Xiaoping

Deng Xiaoping a rejoint l'entourage de Mao dans les années 1950, avant d'être banni pendant la Révolution culturelle et forcé à travailler dans une station de réparation. Son premier retour en politique a pris fin juste avant la mort de Mao, quand il a de nouveau été destitué de ses charges. Son deuxième retour en politique s'est avéré de plus longue durée après qu'il a habilement réussi à prendre la place du successeur désigné de Mao pour devenir dirigeant du pays en 1978.

Une fois au pouvoir, Deng renforça les relations entre Chine et les États-Unis, négocia le retour de Hong Kong avec la Grande Bretagne et introduit un certain nombre de réformes de libre marché ; il fit en outre dissoudre les coopératives agricoles et encouragea l'investissement étranger. Cette augmentation de libertés économiques ne portait cependant pas sur le domaine individuel. En juin 1989, il aurait ordonné aux troupes de tirer sur des milliers de manifestants pro-démocratie qui étaient rassemblés sur la place Tiananmen de Pékin. Il prit sa retraite plus tard cette même année et mourut en 1997.

La Rédaction

Rejoignez-nous sur (+ 120 000 fans).
24/11/2015
...