recherche
sous-menu
Bonjour, nous aurions pu choisir de bloquer l'affichage de cette page
car vous utilisez un bloqueur de pub, cependant nous ne le faisons pas. Les publicités sont notre seul moyen de faire vivre ce site (serveur, développement et programmation, rédaction, design,...) ; sans elles, ce site n'existerait pas...
S'il vous est utile, merci de mettre l'URL chine.in en liste blanche et de partager cette page à vos amis.
Vous êtes ici : Accueil  ❭  Actualité  ❭  Dépêches Chine  ❭  Politique
LIENS COMMERCIAUX

Wuhan, une ville marquée par des liens économiques sino-français de plus en plus forts

© Chine Nouvelle (Xinhua) - Liang Nin, le 04/01/2017 11:02

Wuhan, chef-lieu de province du Hubei sur le fleuve Yangtsé et important centre manufacturier du centre de la Chine, tisse aujourd'hui des liens de plus en plus étroits avec la France grâce à des échanges économiques en plein essor et des moyens de transports pratiques.

Au cours des dix premiers mois de l'année écoulée, le volume des échanges commerciaux entre Wuhan et la France s'est élevé à 541 millions de dollars (512,8 millions d'euros), dont 464 millions de dollars (439,8 millions d'euros) d'importations et 77 millions de dollars (73 millions d'euros) d'exportations, selon Li Pu, vice-directeur de l'Association du peuple de Wuhan pour l'amitié avec l'étranger.

Par ailleurs, le montant des investissements français à Wuhan s'est établi à 3,28 milliards de dollars pendant les deux premiers trimestres de 2016. La construction automobile, la fabrication de pièces détachées automobiles, les grandes surfaces, la finance et les produits électroniques sont les secteurs qui attirent le plus les capitaux français, selon la même source.

Parmi les quelque 120 entreprises françaises qui se sont installées dans cette gigantesque ville industrielle et commerciale, figurent notamment des groupes renommés tels que PSA Peugeot Citroën, Alstom, Carrefour, Total, Renault ou encore Sanofi, détaille M. Li, citant les statistiques du consulat de France à Wuhan.

En outre, le siège Chine/Asie du Sud-Est de PSA va passer de Shanghai à Wuhan, qui entend devenir la première base de fabrication automobile en Chine. Le déménagement sera finalisé en juin prochain.

Ces dernières années, Wuhan a connu un grand essor économique. En 2015, le PIB de la ville s'est élevé à 1.090,5 milliards de yuans, avec un taux de croissance de 8,8%, se classant ainsi au 8e rang des villes de la partie continentale de la Chine.

Wuhan, 12e ville la plus peuplée du pays et la deuxième plus grande ville de l'intérieur après Chongqing, jouit d'une position géographique clé en Chine.

Sur le plan des transports ferroviaires, elle constitue le point de croisement des deux axes, à savoir Shanghai-Wuhan-Chengdu et Beijing-Guangzhou. La ville est considérée comme au coeur du réseau à grande vitesse de Chine, car elle se trouve à équidistance d'autres grandes cités chinoises telles que Shanghai (est), Chongqing (ouest), Guangzhou (sud), Beijing (nord), à environ 1.000 km de chacune d'elles.

Etant donné sa position géographique particulière, Wuhan est par ailleurs aujourd'hui la seule ville du centre de la Chine à être desservie par des vols directs vers Paris. Cet avantage a grandement accéléré le rythme d'ouverture de cette ville tournée vers la France, voire sa coopération avec toute l'Europe. Chaque année, 129.000 Français se rendent à Wuhan pour tourisme ou voyage d'affaires.

Désormais, outre les voitures françaises qu'on voit partout dans les rues de Wuhan, de plus en plus de produits "Made in France" commencent progressivement à pénétrer dans la vie quotidienne des Wuhanais depuis le lancement en avril de la première liaison de fret ferroviaire vers Lyon, qui s'inscrit dans l'initiative "la Ceinture et la Route".

En 2016, celle-ci a permis de transporter quelque 128 conteneurs standard de vingt pieds. Les pièces détachées automobiles ou encore les appareils électroniques et médicaux se taillent la part du lion. Dans le sens retour, des caisses de bordeaux sont chargées dans des conteneurs à température contrôlée, indique Wang Lijun, PDG de la société de logistique Asie-Europe de Wuhan (WAE).

Depuis le 17 septembre, avec l'aide de la mairie de Bordeaux, ville jumelée avec Wuhan, et d'associations viticoles bordelaises, à savoir l'Union des grands crus de Bordeaux, le Conseil des vins de Saint-Emilion et la Jurade de Saint-Emilion, quelque 5.000 caisses de vin français, réparties en trois lots et d'une valeur totale de 250.000 euros, ont ainsi été acheminées à Wuhan par ce biais.

Selon une récente étude de l'Economist Intelligence Unit (EIU), filiale recherche/analyse du magazine The Economist, Wuhan figure parmi une poignée de villes de l'intérieur du pays qui compteront plus de deux millions de consommateurs à haut revenu d'ici 2030. Ces derniers cherchent à changer leurs habitudes de consommation et se tournent vers des marques plus chères et de renom, tout en dépensant davantage dans le secteur des services, malgré le ralentissement de croissance de l'économie chinoise.

Ces bouteilles de bonne qualité sont vendues à des prix abordables aux habitants locaux qui tirent ainsi profit du fret ferroviaire, selon M. Wang. Et ce n'est qu'un début : "L'an prochain, nous entendons installer à Wuhan un centre de stockage et de commercialisation de produits français, à savoir du vin, des produits de luxe, des vêtements, des produits agroalimentaires et des produits d'usage courant", annonce-t-il.

Rejoignez-nous sur (+ 120 000 fans), ou encore .
...