recherche
sous-menu
Bonjour, nous aurions pu choisir de bloquer l'affichage de cette page
car vous utilisez un bloqueur de pub, cependant nous ne le faisons pas. Les publicités sont notre seul moyen de faire vivre ce site (serveur, développement et programmation, rédaction, design,...) ; sans elles, ce site n'existerait pas...
S'il vous est utile, merci de mettre l'URL chine.in en liste blanche et de partager cette page à vos amis.
Vous êtes ici : Accueil  ❭  Actualité  ❭  Actualité Asie  ❭  Malaisie
LIENS COMMERCIAUX

MALAISIE

Huit Indonésiens expulsés de Malaisie pour des logos de l'EI dans un téléphone portable

© Chine Nouvelle (Xinhua) - Shang Xu, le 11/01/2017 12:31

Les autorités indonésiennes ont confirmé mercredi l'expulsion par la Malaisie de huit étudiants indonésiens suite à la découverte de logos de l'Etat islamique (EI) dans le téléphone de l'un d'entre eux.

Muhammad Iqbal, directeur de la protection des ressortissants indonésiens au ministère des Affaires étrangères, a précisé que ces personnes expulsées étaient des élèves d'un internat de la province indonésienne de Sumatra-Occidental.

M. Iqbal a ajouté que ces élèves s'étaient rendus en Malaisie et dans le sud de la Thaïlande dans le cadre d'un programme d'études.

Lundi, leur entrée à Singapour depuis l'Etat malaisien de Johor leur a été refusée après que les agents de l'immigration de la cité-Etat ont découvert des logos de l'EI dans le téléphone de l'un d'entre eux. Ils ont alors été refoulés vers la Malaisie.

Après enquête des services antiterroristes malaisiens, les autorités ont conclu que ces logos avaient été involontairement enregistrés dans le téléphone via les réseaux sociaux, a ajouté M. Iqbal, selon qui les autorités malaisiennes n'en ont pas moins immédiatement expulsé les huit étudiants.

"Ces personnes ont été renvoyées en Indonésie via Batam et sont actuellement détenues par la police de la province de Riau", a indiqué le fonctionnaire.

Singapour avait été dans le collimateur l'an dernier d'un groupe terroriste indonésien cherchant à mener des attaques à la roquette depuis l'île de Batam, située à une vingtaine de kilomètres au sud-est de la cité-Etat. La police indonésienne avait déjoué ce complot et arrêté plusieurs membres de ce groupe en août dernier.

PARTAGER SUR FACEBOOK !
...